Kbis.services : service privé et indépendant d'intermédiation entre les usagers et les greffes des tribunaux de commerce pour l'obtention d'extrait KBIS par Internet.
Commander un extrait Kbis par Internet
Service privé d'intermédiation entre les usagers et
les Greffes des Tribunaux de Commerce en France.
FAQ
MENU
FAQ

Comparaison entre la SARL et la SAS

Bien que la SAS soit de loin la plus récente, toutes les formes de société ont été créées dans un but de facilitation et de simplification. Pour l’une ou l’autre le souci a été, à un moment donné, de répondre à un besoin de flexibilité et de célérité imposé par les enjeux économiques. Cela fait que la plupart des entrepreneurs choisissent la SAS ou la SARL parmi toutes autres formes sociales. Néanmoins, il existe des différences fondamentales entre ces deux sociétés qu’il nous conviendra de vous présenter pour que votre choix se fasse en toute connaissance de cause.



Sur les conditions de création

Convergences

Toutes les deux sociétés peuvent être constituées par un associé unique, on parlera alors de SASU pour la SAS et d’EURL pour la SARL. Il n’y a également pas de différences au niveau de la rédaction des statuts, de la qualité des associés, de la durée de vie de la société, des activités possibles et des types d’apports permis. Dans les deux sociétés, il est possible de décider en commun accord de ne pas nommer un commissaire aux comptes si aucun apport en nature n’a une valeur supérieur à 30 000 euros, cumulé au fait que la majorité des apports n’est pas en nature.

Divergences

Là où le nombre d’associés pour la SARL est limité à 100, celui pour la SAS est illimité. La règlementation de l’apport par un conjoint sous le régime de communauté des biens est plus souple dans la cadre de la SAS. Découlant d’une différence de type social, les apports de la SAS sont répartis en actions et ceux de la SARL en parts sociales.

Sur le mode de direction

La différence fondamentale est qu’une SAS est dirigée par un président alors qu’une SARL est dirigée par un ou plusieurs gérants. Là encore la règlementation est plus souple pour la SAS car dans celle-ci, le dirigeant peut être une personne physique ou morale alors que dans la SARL, il ne peut être qu’une personne physique. En plus, le gérant ne peut être désigné que par les statuts ou par acte séparé alors que le mode de désignation du président est librement déterminé par les statuts de la SAS. Comme il n’y a qu’un seul président, il sera possible de nommer des directeurs généraux qui représenteront la société auprès des tiers.

Sur le régime fiscal

Les deux ont pour règle supplétive l’impôt pour les sociétés. Elles peuvent alors opter pour l’impôt sur les personnes au nom des associées, ce qui sera soumise à certaines conditions notamment la limitation dans le temps. Toutefois, une SARL de famille, pour une activité industrielle, commerciale ou artisanale, ne connaitra pas cette limitation dans le temps.

Finalement, que choisir ?

La SAS est plus souple dans la constitution et le fonctionnement. Sur le plan fiscal, les règles sont les mêmes sauf pour la SARL de famille qui a plus de liberté. S’agissant de la place du conjoint, celui-ci peut être conjoint associé ou conjoint salarié dans les deux formes sociales mais ne pourra être conjoint collaborateur que dans le cadre de la SARL. Ce dernier statut a de nombreux avantages pour la société et pour le conjoint. Eu égard à toutes ces considérations, la forme sociale qui vous convient dépendra de vos besoins en fonction du type d’associé que vous avez, de votre politique d’optimisation fiscale, entre autres critères.