Kbis.services est une plateforme privée distincte des administrations publiques, vous avez la possibilité d'effectuer vos démarches sans coût supplémentaire auprès des greffres des tribunaux de commerce.
Commander un extrait Kbis par Internet
Service privé d'intermédiation entre les usagers et
les Greffes des Tribunaux de Commerce en France.
FAQ
MENU
FAQ

SAS et SASU : quelles différences ?

Si la différence majeure entre une SAS et une SASU réside dans la constitution de la société à une ou plusieurs personnes, ce sont des formes juridiques qui sont appréciées et recommandées par les entrepreneurs. Les exigences juridiques étant peu nombreuses, le fonctionnement de l’entreprise dépend des textes du statut de l’entreprise. Quelles sont donc les différences, avantages et inconvénients que présentent ces deux formes juridiques ?



Création de l’entreprise

La création d’une société par actions simplifiées (SAS) et celle d’une société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU) ne présente pas trop de difficultés et de différences. Dans le processus de création, il faut noter que dans les deux cas, il y a une liberté de rédaction des statuts, aucune exigence en termes de compétences n’est demandée aux associés et les responsabilités des associés sont conformes aux apports. Aussi, le capital minimum de création de l’entreprise est-il fixé à 1 euro. Par contre, dans le processus de création d’une SAS, il y a plusieurs associés tandis que dans une SASU, il y a un seul associé. De plus, dans une SASU, les droits de vote et de décision sont détenus majoritairement par l’associé unique tandis les parts et les possibilités de votes sont partagées entre associés dans une SAS.

Prises de décisions et direction

Dans une SASU, puisque l’associé est unique et majoritaire, les prises de décision sont plus faciles. Il les prend toutes sauf dans certains cas où la loi lui impose de consulter les autres dans la société comme dans le choix du commissaire aux comptes. Dans une SAS par contre, c’est l’organe prévu dans les statuts qui prend les décisions. Une SAS et une SASU doivent avoir un président à leur tête et dans une SASU, le dirigeant n’est pas salarié et donc n’est pas à la sécurité sociale sauf dans le cadre d’un assmilié-salarié. Dans une SAS, les salariés minoritaires peuvent être considérés comme salariés dans certaines conditions.

Approbation des comptes

En termes de gestion de finances dans les deux types d’entreprise, les processus sont différents. Dans une SAS, il faudra obligatoirement la rédaction d’un rapport de gestion qui permet d’évaluer le président. Il est approuvé par l’assemblée générale. Par contre dans une SASU, il n’existe pas de procédures de validation de comptes. Une SASU devra cependant déposer un rapport de gestion si elle possède plus de 20 salariés, un exercice de plus d’un millions d’euros et un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros minimum.

Régime fiscal

Lorsqu’il s’agit du régime fiscal, il est à noter qu’il n’existe pas différences notoires. La SAS et la SASU sont toutes les deux soumises au régime de l’impôt sur les sociétés par défaut. Par contre, elles peuvent se soustraire à cela et opter pour l’impôt sur les revenus sous certaines conditions. Pour cela, la société devra avoir au moins 5 années d’existence, avoir un CA ou un bilan de 10 millions d’euros et employer 50 salariés au minimum. Cependant, il est important de prendre toutes les informations nécessaires avant de faire son choix final entre la SAS et la SASU.