Kbis.services : service privé et indépendant d'intermédiation entre les professionnels et les greffes des tribunaux de commerce pour l'obtention d'extrait KBIS par Internet.
Commander un extrait Kbis par Internet
Service B2B d'intermédiation entre les professionnels
et les Greffes des Tribunaux de Commerce en France.

Greffe du tribunal de commerce: Libourne

Coordonnées du Greffe du Tribunal de Commerce :

COORDONNÉES
36 RUE VICTOR HUGO BP 195
33504 LIBOURNE CEDEX
Tel : 05 57 25 58 05
www.greffe-tc-libourne.fr

GREFFIERS
Maître SALIVE Caroline
HORAIRES D’OUVERTURE
Lun-Jeu: 8h30 à 12h/13h30 à 17h, Ven: 8h30 à 12h/13h30 à 16h

Le Greffe du Tribunal de Commerce permet l'obtention d'un extrait KBIS, de même que la Chambre de Métiers et d'Artisanat (CMA Libourne) permet l'obtention d'un extrait D1. Utilisez le formulaire de recherche ci-dessus afin de commander un extrait K-Bis avec QR code, un extrait D1, les statuts juridiques ou les comptes annuels d'une entreprise.
La commune de Libourne est l’une des sous-préfectures de la Gironde située au sud-ouest de la France. C’est une ancienne bastide fondée par Roger de Leybourne et qui fait désormais partie de la région Nouvelle Aquitaine. C’est une cité de près de vingt-cinq mille habitants qui s’est développée au carrefour de l’Isle et de la Dordogne en plein cœur d’une région viticole, munie d’un port commercial qui assure son économie. Elle est ainsi un grand pôle économique du département dans la ligne de mire de Bordeaux qui peut être considérée comme son mentor et dont elle se trouve à la périphérie de sa métropole. Sur le plan culturel et patrimonial elle dispose de monuments intéressants qui attirent touristes et visiteurs et qui lui donnent un décor original.

L’histoire de la cité

Au début, Libourne était destinée au commerce du vin à travers son port maritime et au commerce du bois à travers son port fluvial. Son port maritime construit au treizième siècle était la destination inéluctable des vins de la vallée de Dordogne. Ainsi, elle bénéficiait à l’instar de Bordeaux, des faveurs douanières des rois d’Angleterre d’où un essor fulgurant de ce commerce au quatorzième siècle. Ayant les mêmes intérêts que Bordeaux et subissant les mêmes dommages commerciaux avec le retrait des Anglais, Libourne participa à la révolte bordelaise qui lui a valu le nom de « filleule de Bordeaux ». C’est la raison pour laquelle elle entretien deux types de relation avec bordeaux, une de tutorat et une autre de concurrence. Sa loyauté fut récompensée par louis XI qui réaffirma ses privilèges commerciaux et douaniers. Elle fut ensuite affectée par la révolte des Pitauds au seizième siècle, et des blocus continentaux au cours du dix-septième, toujours à coté de Bordeaux. Elle fait aujourd’hui partie des rares pays qui disposent d’un Secrétariat du Père Noël aux côtés du Canada et de la Finlande.

L’histoire épatante du Secrétariat du Père Noël

L’institution de ce bureau vient de l’initiative de deux receveuses dans des bureaux de poste de la Seine-Maritime et de Maine-et-Loire qui ont senti le besoin d’ouvrir un courrier qui pourra répondre aux missives adressées au Père Noël. Cela fut régularisé par le ministre Jacques Marette qui ouvrira un secrétariat avec comme première secrétaire une psychanalyste et pédiatre du nom de Françoise Dolto que devait se charger des réponses selon le profil de l’enfant. Il y’avait également l’illustration du Père Noel par un homme arborant son costume et qui devait innover de temps à autre.
C’est dans le cadre de la décentralisation que le Secrétariat est délocalisé à Libourne où les lettres adressées au Père Noël sont reçues depuis 1967.  Dans les années 1940 déjà le flux de courriers était estimé à des milliers, on en est aujourd’hui à plus d’un millions de missives venant de plus d’une centaine de pays. En principe, seuls les enfants de moins de dix ans sont concernés par ce service. Toutefois, il reçoit souvent des courriers d’adultes mus par la solitude ou la tristesse.
Les dispositions des articles R.123-150 et R.123-152 du code de commerce prévoit que les greffiers, le GIE INFOGREFFE et l'Institut national de la propriété industrielle, sont seuls habilités à délivrer les extraits Kbis et plus généralement les certificats, copies ou extraits des inscriptions portées au registre et actes déposés en annexe. Cette délivrance intervient à un tarif réglementé unitaire fixé par l'arrêté du 28 février 2020 fixant les tarifs réglementés des greffiers des tribunaux de commerce 2,69 euros et peut être réalisée par voie dématérialisée via le site du Greffe pour un montant de 3,37 euros. Kbis.services offre uniquement une prestation commerciale d'intermédiaire.

Les greffes des tribunaux de commerce sont seuls autorisés à délivrer les extraits Kbis et autres documents officiels en relation aux entreprises. Non affilié au gouvernement, le site Kbis.services propose aux utilisateurs un service d’intermédiation avec les greffes des tribunaux de commerce, permettant d’obtenir un extrait K-bis sans se déplacer comprenant la vérification de la commande, sa transmission au greffe du tribunal de commerce concerné et sa livraison par voie numérique sous 24h ouvrées. Le tarif du service est de 49.90 euros. Néanmoins, l'usager peut entrer en contact directement avec les greffes des tribunaux de commerce pour réaliser ses démarches sans coût supplémentaire.