Kbis.services : service privé et indépendant d'intermédiation entre les professionnels et les greffes des tribunaux de commerce pour l'obtention d'extrait KBIS par Internet.
Commander un extrait Kbis par Internet
Service B2B d'intermédiation entre les professionnels
et les Greffes des Tribunaux de Commerce en France.

Greffe du tribunal de commerce: Albi

Coordonnées du Greffe du Tribunal de Commerce :

COORDONNÉES
PLACE DU PALAIS
BP 156
81005 ALBI CEDEX
Tel : 05 63 54 00 83
www.greffe-tc-albi.fr

GREFFIERS
Maître GOUX Frédéric
HORAIRES D’OUVERTURE
8h30 à 12h/14h à 16h

Le Greffe du Tribunal de Commerce permet l'obtention d'un extrait KBIS, de même que la Chambre de Métiers et d'Artisanat (CMA Albi) permet l'obtention d'un extrait D1. Utilisez le formulaire de recherche ci-dessus afin de commander un extrait K-Bis avec QR code, un extrait D1, les statuts juridiques ou les comptes annuels d'une entreprise.
Préfecture du département du Tam en région Occitanie, Albi est une commune située au sud-ouest de la France. Elle a une population de cinquante mille habitants, pôle urbain et économique de son agglomération et l’un des pôles économique de toute la région. Elle est également une ville touristique grâce à ses imposants édifices historiques, notamment la cathédrale Sainte-Cécile  d’où vient le surnom de la « ville rouge » ainsi que le palais de la Berbie. Sa situation géographique la situe non loin des vignobles du Gaillac, entre la basse aquitaine et le massif central du Tam.

Traversée par la rivière du Tam, elle dispose d’un climat méditerranéen qui procure des automnes doux et des printemps humides d’où le nom de climat méditerranéen dégradé. Du fait d’un urbanisme très tôt, le parc immobilier d’Albi n’est pas du tout récent. Les nouveaux logements construits sont peu nombreux et les anciens sont, pour la plupart, des résidences principales. Beaucoup de projets d’aménagement ont été mises en œuvre au début des années 2000 afin de créer des espaces publics accueillants, de réhabiliter les rues et certaines infrastructures publiques comme les marchés, dans le respect de l’architecture traditionnelle de la ville.

L’histoire de la ville

Le nom de la ville proviendrait d’Albius, un notable gallo-romain qui aurait vécu dans la cité. Son occupation remonte à l’antiquité, elle fut habitée par les seigneurs Trencavel avant de devenir un siège épiscopal au treizième siècle. Son opulence venait de la culture du pastel à l’époque de la renaissance. Ainsi les premiers occupants furent attirés par les conditions favorables (eau et galets). Elle sera conquise par les Romains qui n’arriveront pas pour autant à l’assimiler sur le plan culturel. Le port devint alors un carrefour d’échanges marchands bien que l’agriculture soit restée l’activité principale. Elle devint un pôle du mouvement religieux cathare au treizième siècle d’où un conflit avec l’église catholique romaine. La culture du pastel à l’époque de la renaissance occasionne la richesse de nombreux bourgeois et la construction de plusieurs résidences et hôtels dans la cité. Le calvinisme s’invite dans la danse au seizième siècle occasionnant une nouvelle instabilité. Au dix-septième siècle commence son déclin économique, s’y ajoute les péripéties de la révolution française du dix-huitième qui maintiendra la ville dans cette situation. Aujourd’hui, elle arbore le statut de pôle d’innovation providentiel avec une école des mines et un secteur touristique en expansion.

Le secteur socio-économique

Albi s’investie dans une politique de développement durable. Elle œuvre pour la biodiversité en encourageant la production bio et locale afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire dans la cité. Sur le plan démographique, elle est la ville la plus peuplée du département avec une densité moyenne. D’un point de vue culturel, elle organise des manifestations durant toute l’année telles que des carnavals, des concerts, des festivals, etc. Sur le plan économique, il est le deuxième pole de la région avec quatorze zones d’activités et une balance de la répartition des emplois largement penchant vers le secteur tertiaire, notamment grâce à son tourisme. Le secteur industriel peine à s’envoler du fait de l’aspect conservateur de la ville.
Les dispositions des articles R.123-150 et R.123-152 du code de commerce prévoit que les greffiers, le GIE INFOGREFFE et l'Institut national de la propriété industrielle, sont seuls habilités à délivrer les extraits Kbis et plus généralement les certificats, copies ou extraits des inscriptions portées au registre et actes déposés en annexe. Cette délivrance intervient à un tarif réglementé unitaire fixé par l'arrêté du 28 février 2020 fixant les tarifs réglementés des greffiers des tribunaux de commerce 2,69 euros et peut être réalisée par voie dématérialisée via le site du Greffe pour un montant de 3,37 euros. Kbis.services offre uniquement une prestation commerciale d'intermédiaire.

Les greffes des tribunaux de commerce sont seuls autorisés à délivrer les extraits Kbis et autres documents officiels en relation aux entreprises. Non affilié au gouvernement, le site Kbis.services propose aux utilisateurs un service d’intermédiation avec les greffes des tribunaux de commerce, permettant d’obtenir un extrait K-bis sans se déplacer comprenant la vérification de la commande, sa transmission au greffe du tribunal de commerce concerné et sa livraison par voie numérique sous 24h ouvrées. Le tarif du service est de 49.90 euros. Néanmoins, l'usager peut entrer en contact directement avec les greffes des tribunaux de commerce pour réaliser ses démarches sans coût supplémentaire.